Le Héraut de l’enfer - Paul DOHERTY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Héraut de l’enfer - Paul DOHERTY

Message  meurdesoif le Mar 6 Juin 2017 - 22:55

Oyez oyez frères médiévocaméraclosophiles ! Après un Livre des feux décevant sur le plan des MECC (des meurtres sont perpétrés avec une sorte de feu grégeois pour assouvir une vengeance, mais il y a très peu d'éléments impossibles : un des meurtres est commis dans une maison fermée, mais muni d'un étroit conduit d'aération, cependant l'incendie n'aurait pas pris au milieu de la pièce si l'assassin s'était contenté de faire couler son allume-barbecue maison ; Frère Athelstan résoudra ce faiblard aspect de l'énigme deux pages plus loin...), notre bon frère se retrouve une nouvelle fois confronté à une malemort dans une chambre dûment fermée de l'intérieur sise à l'étage d'une maison... de plaisirs. Amaury de Whitfield, un clerc, versé dans l'art des codes secrets, est retrouvé pendu dans sa chambre. Un message a été trouvé qui annonçait sa prochaine exécution par le "héraut de l'enfer", tueur à la solde des Hommes Justes qui préparent les émeutes qui ont ensanglanté Londres en 1381. Mais Frère Athelstan qui aimerait bien figurer dans les prochaines annexes des 1001 Chambres Closes, insiste pour y voir un meurtre déguisé... probablement pas le dernier. Outre le contexte historique, omniprésent, de la conspiration qui fait planer sur les personnages une constante menace, sans compter les jeux de dupes et les trahisons à tous les étages, on trouve dans ce roman un code à déchiffrer et une chasse au trésor (la Croix de Lothaire, précieuse relique d'or et de pierreries pillée dans le trésor des Chevaliers Teutoniques et qui serait cachée quelque part dans ladite maison. Cranston s'est bien assagi depuis de rabelaisiens débuts qui n'ont pas forcément plu à tous les lecteurs, et l'on se laisse promener comme toujours avec plaisir dans les bas-fonds du Londres médiéval.
A noter un joli clin d'œil lorsque Cranston raconte un meurtre en chambre close qui eut lieu dans une église un siècle ou presque auparavant et dont les "fantômes" auraient effrayé un des suspects... Il s'agit de Satan à St-Mary-le-Bow, premier roman de la série de Doherty mettant en scène Hugh Corbett (sous son nom de Doherty, à l'époque où les Athelstan étaient signés du pseudonyme Paul Harding pour différencier les deux séries).
Bref, une heureuse surprise la semaine dernière à la librairie (il est encore chaud, tout juste sorti du four). Personnellement, j'adore !

meurdesoif

Messages : 181
Date d'inscription : 15/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum