Bryant and May (par Christopher Fowler)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bryant and May (par Christopher Fowler)

Message  Gregory le Dim 6 Nov 2011 - 21:27


Ce topic est dédié aux enquêtes de John May et Arthur Bryant, de la "division des crimes bizarres" de la police londonienne. Je vous rappelle que sur le blog de patrick_o se trouve un article qui passe en revue les premiers volumes de la série. J'ai choisi de les lire dans l'ordre, mais ils peuvent être lus indépendamment les uns des autres.


Full Dark House (2004)





Le volume initial entrelace deux récits, l'un se déroulant à l'époque contemporaine, l'autre en 1940, pendant les heures sombres du Blitz.
L'histoire débute, à notre époque, par une triste nouvelle: la mort d'Arthur Bryant, survenue lors d'une explosion ayant soufflé les locaux de l'unité des crimes bizarres. John May, octogénaire comme son ancien partenaire, pense qu'il ne s'agit pas d'un accident mais d'un acte criminel. Il mène alors quelques investigations pour déterminer les agissements d'Arthur lors de ses derniers jours et comprendre ce qu'il s'est passé. Également, il se remémore leur rencontre lors de la fondation de l'unité spéciale, en 1940 et le premier cas auquel ils furent confrontés, une série de meurtres et d'incidents survenus au Palace Theatre, où était monté un opéra-bouffe avant-gardiste, Orphée aux Enfers d'Offenbach. Le bâtiment historique semblait être hanté par un être malfaisant. Le cadavre d'une danseuse fut retrouvé dans une cage d'ascenseur, victime d'un empoisonnement à la ciguë, les pieds tranchés (retrouvés à l'extérieur). Ensuite, c'est un autre membre de la troupe qui périt écrasé, victime de la chute d'un imposant élément de décor, un globe géant initialement retenu par de solides câbles (personne ne semblant avoir eu la possibilité d'approcher la victime). D'autres drames surviendront, le tueur fantôme semblant avoir la faculté de traverser les murs et, poursuivi dans un couloir sombre, de s'évaporer à quelques pas de la police à ses trousses.
Cette ancienne affaire semble liée à la tragique disparition d'Arthur dans le présent, celui-ci ayant recherché activement des documents s'y référant dans les archives peu de temps avant de passer de vie à trépas.

Disons le tout net: ce roman a des qualités indéniables, tant sur le plan du style que de l'évocation historique de la vie des londoniens de l'époque, mais pour ce qui concerne l'énigme policière, il est plus que décevant.
Bryant et May forment un duo improbable, dépeint avec beaucoup de soin par l'auteur, aux tempéraments antagonistes. May est le plus raisonnable, doté d'un esprit scientifique et très ordonné et, outre un caractère très sociable, possède un pouvoir inné de séduction.
A l'inverse, Bryant est un intuitif aux méthodes peu orthodoxes, faisant même volontiers appel à des voyants et autres médiums pour progresser dans ses enquêtes. De plus, handicapé par des problèmes relationnels, il connait peu de succès avec le sexe opposé. Mais, doté d'une vaste culture classique et d'un esprit non conventionnel, il est capable d'envisager les hypothèses les plus échevelées, que ne soupçonneraient pas un détective purement cartésien. Malgré leurs différences, le duo, qui s'entend à merveille, se complète remarquablement. De ce point de vue c'est réussi.
Également, l'évocation du Blitz est très vivante et bien documentée, l'ouvrage fourmillant de détails quant à la dure vie quotidienne de l'époque, rythmée par les bombardements destructeurs et les black-out. Le style précis de l'auteur insuffle au récit une atmosphère inquiétante et fantastique. On appréciera aussi l'humour sardonique qui parcourt le roman et la tonalité nostalgique des chapitres se déroulant dans le présent.
En tant que fiction historique, le livre serait de bonne facture. Le problème est qu'il s'agit d'un roman de mystère, où une suite d'évènements défiant l'entendement sont exposés, mais aboutissant à une résolution franchement bâclée. L'identité du coupable semble sortie d'un chapeau, les crimes impossibles sont expliqués de façon bien désinvolte, sans la moindre ingéniosité et demeurent peu crédibles. Pire, certains miracles apparents ne font même pas l'objet d'éclaircissements. Au final, c'est même pour moi le moins bon roman d"énigme lu pendant l'année écoulée.
Un début très mitigé donc, avec tout de même quelques atouts littéraires. Néanmoins, l'excentricité du concept d'"unité des crimes bizarres" et les personnalités attachantes des deux enquêteurs laissent espérer des volumes ultérieurs de meilleure tenue.
avatar
Gregory
Admin

Messages : 688
Date d'inscription : 01/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bryant and May (par Christopher Fowler)

Message  patrick_o le Mar 8 Nov 2011 - 12:51

Je suis complètement d’accord avec vous. L’écriture est excellente et le duo de Bryant et May est fabuleux, mais l’énigme est absolument terrible. (Le deuxième livre, « The Water Room », est beaucoup plus meilleur dans ce regard.)

Patrick
avatar
patrick_o

Messages : 152
Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 24
Localisation : Canada

Voir le profil de l'utilisateur http://sur-lieux-du-crime.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum